Matière

Matière

Création originale du Théâtre de l'Arc en Ciel
Inspirée de « La Puissance spirituelle de la Matière »
de Pierre Teilhard de Chardin.

Direction artistique : Ian Contreras Pratt et Iris Aguettant.
Texte : Inspirée de l'œuvre de Pierre Teilhard de Chardin : " La Puissance Spirituelle de la Matière ".
Avec : Ian Contreras, Gabriel Perez Milchberg et Guillaume Zenses.
Chorégraphie : Claire Rommelaere.
Création image-lumière : Philippe Brame et Philippe Bourgeais.
Création sonore : Bertrand Boss, Philippe Rabuteau, Guillaume Zenses et Jean Dominique Abrell.
Scénographie-costumes : Eric Baptista, Anita Chatteleyn.
Voix de : Iris Aguettant, Gérard Guillaumat, Marie-Aimée du Halgouët, Serguei Milstein, Claire Rommelaere.

Intention

 
Matière Matière Matière Matière

Le spectacle
« L'Homme, suivi de son compagnon, marchait dans le désert, quand la Chose fondît sur lui. »
Passionnément - avec Teilhard comme compagnon de route, on ne peut être que dans la passion - nous avons brassé l'invisible tel un nageur qui, de nuit, combat les flots pour rejoindre l'aube, afin de rendre physique l'écoute d'un texte où chaque mot, chaque intervalle éclate en images de ciels et de terres.
Cette chose qu'on appelle matière, Teilhard l'appelle consistance.
La dernière création du Théâtre de l'Arc en Ciel nous met, plus que jamais peut- être, en phase avec le monde qui explose et qui implose. Sans que nous n'ayons pu le prévoir, le choix de nous inspirer de " La Puissance Spirituelle de la Matière " rejoint le sien alors qu'il se trouvait dans les tranchées :

De la pluie noire au soleil blanc
Des paroles qui cherchent à être vie
Des corps assoiffés de lumière
Des notes de piano dans un éboulis de pierres
« Plonge-toi dans la matière, fils de la terre... »
Un spectacle à goûter par tous les sens
Où l'on fait parler les images, danser les lumières,
courir les sons.
Un hymne à la matière
Dont on ressort
Plus chargé et plus léger
Plus petit et plus grand
Plus conscient et plus insouciant.

Genèse du spectacle
La création Matière se situe dans la trajectoire d'une longue fréquentation avec Pierre Teilhard de Chardin, particulièrement vécue par les « scientifiques » de ou proches de la compagnie.
Ainsi, a vu le jour un premier travail : la lecture mise en espace de Teilhard intime à partir des correspondances entre Teilhard et Lucile Swan et des extraits d'un grand texte poétique qu'il a écrit durant la première guerre mondiale : « la Puissance spirituelle de la matière ».

Pierre Teilhard de Chardin
« Je n'avais certainement pas plus de six ou sept ans lorsque je commençais à me sentir attiré par la Matière, ou plus exactement par quelque chose qui " luisait " au coeur de la Matière... et pour l'apercevoir il eût fallu m'observer lorsque... secrètement... je me retirais dans la contemplation, dans la possession, dans l'existence savourée de mon " Dieu de Fer ". » L'appel à la matière.

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955) était un homme de génie, un explorateur du temps et de l'espace, un visionnaire passionné qui cherche tout au long de sa vie à faire converger son amour de la matière et sa quête spirituelle, sans que jamais l'un ne prenne le pas sur l'autre.
Fidèle à cette intuition initiale que c'est au cœur de la matière que l'on peut rejoindre le Divin, il tirera jusqu'au bout le même fil depuis sa découverte de la consistance à l'âge de 7 ans jusqu'à dévoiler le phénomène d'Amorisation de l'Univers.
Ayant lui-même parcouru la trajectoire depuis le plus intime jusqu'au plus universel, il demeure convaincu que c'est le propre de chaque homme de chercher et d'accomplir cette plénitude, en partant de sa propre intuition. Paléontologue, poète, théologien, son œuvre colossale et provocante qu'il n'eût pas le droit de publier de son vivant, est aujourd'hui encore très méconnue, notamment des jeunes générations. Pourtant elle est de plus en plus d'actualité par la pertinence de sa vision de l'univers, la puissance de sa pensée, le souffle prophétique qui en émane.