Les Tolstoï

LES TOLSTOÏ

journal intime de Alexandra Devon
à partir des lettres, des journaux et des écrits de Léon et Sonia Tolstoï
Traduction de Valérie Latour Burney

Mise en scène Jean-Denis Monory
Assistante Cécile Maudet
Comédiens Iris Aguettant, Didier Douet
Scénographie François Destors
Création lumières Philippe Bourgeais
Création musicale Colin Pip Dixon / Philippe Rabuteau / Didier Douet
Costumes Chantal Rousseau
Maquillage Mathilde Benmoussa
Communication Anne-France Morel-Atuyer

« … Quand Sonia tomba amoureuse de Tolstoï, elle avait juste dix huit ans, si jolie, si douée, profonde et inspirée… Lui était déjà un auteur célèbre et un héros de la guerre de Crimée… »
A. Devon.

Les Tolstoï Les Tolstoï

… Les Tolstoï, une parole à deux à deux voies, simple, directe : apparaissent leur chez eux, leurs enfants, – lumières de printemps, odeur de jasmin, – arrivent les joies, les espérances, les désespoirs, le travail, – naissance, lumière d’été, – puis viennent les déchirements, les insultes, leur foi, leur humanité…, – lumière d’automne… – A chaque instant nous frémissons… riant, pleurant… Léon et Sonia nous parlent d’amour, mais surtout nous questionnent sur l’amour à deux, l’amour à vie, fécond, créatif, mais aussi douloureux, infecté par la jalousie ou l’indifférence, affecté par la mort… et la folie.
Leur vie glisse profondément en nos cœurs et jusqu’à notre pensée… Elle secoue cette léthargie de l’amour banalisé, de la promesse légèrement sacrée, du divorce mathématique et de la vie en couple sous cellophane !

« Il n’y a pas de véritable plaisir en dehors de celui qui provient de la création. Que l’on fasse des crayons, des bottes, du pain, des enfants, sans création il n’y pas de véritable plaisir ; sans elle, il n’y en a pas qui ne soit pas mêlé d’angoisse, de souffrance, de remords et de honte. »
L. Tolstoï

Le texte est édité aux Editions l'Entretemps
www.editions-entretemps.com

EN SAVOIR +